Comment Rafaël Nadal a du SMAC dans sa raquette

SMAC, l’expert varois en élastomères implanté à La Garde, fournisseur dans l’aéronautique, la défense et le spatial, équipe désormais les raquettes de tennis et clubs de golf.

Share

L’histoire

L’entreprise SMAC a fêté ses 70 ans en 2017. Elle compte plus d’une quarantaine de salariés, réalise 6M€ de chiffre d’affaires et fabrique ses propres élastomères qui permettent l’absorption et la réduction des vibrations. Elle fournit ses pièces à de grands noms de l’aéronautique comme Boeing, de la défense, du spatial et de l’automobile pour équiper des moteurs d’avion, d’hélicoptère, de fusée…l’an dernier son produit SMACWRAP® a intéressé le fabricant français de raquettes BABOLAT qui équipe, entre autres, des joueurs comme NADAL et Jo-Wilfried TSONGA.

La rencontre

En faisant tester les raquettes dotées du matériau SMACWRAP® à des joueurs semi-professionnel, le fabricant BABOLAT s’est aperçu que les vibrations étaient amorties et que ce matériau intégré offrait des  » sensations de jeu inégalées et une sonorité incroyable à chaque coup ».

Le marché

BABOLAT a fabriqué et distribué, l’hiver dernier, 200 000 raquettes équipées de ce matériau et, fort des résultats encourageants, signé un contrat d’exclusivité avec l’entreprise SMAC afin d’étendre la production à d’autres raquettes de sa gamme.

 

Les perspectives

Si les perspectives de développement en 2018 sont encore floues pour BABOLAT, le fabricant Lyonnais espère équiper, outre ses raquettes de tennis, celles utilisées pour le squash, le badminton et le padel tennis. « On pense qu’il y a du potentiel et une belle connaissance à venir dans ce secteur » se réjouit Philippe ROBERT, Directeur des Opérations chez SMAC.

L’accélération

Deux mois à peine après avoir été contacté par BABOLAT, la société SMAC était approchée par le fabricant UST MAMIYA pour intégrer la technologies SMACWRAP® à sa gamme RECOIL, numéro un des clubs de golf en carbone. Le matériau offrirait là aussi un amorti de très haute performance lors du swing. « Le caoutchouc amortissant est notre cœur de métier, résume Philippe ROBERT. Il y a manifestement des opportunités à saisir. » Notamment auprès des fabricants pour équiper aussi des crosses de hockey, des arcs, des battes de baseball et « les véhicules autonomes, pour lesquels on recherche de la légèreté et de quoi gérer les bruits désagréables. »

AMBRE MINGAZ